Roi Farouk d'Egypte (1946)

Au sommet du raffinement et hautement compliquée, cette très grande montre de poche sans clé en or jaune 18 carats est une montre à sonnerie à deux rouages. Richement dotée de rubis, elle comprend une répétition minutes à carillon avec grande et petite sonnerie, équipée de trois timbres et trois marteaux, un chronographe à rattrapante et totalisateur 30 minutes, un calendrier perpétuel, l’indication des phases et de l’âge de la lune, un réveil et deux indicateurs de réserve de marche correspondant au rouage de la montre et de la sonnerie. Elle a été offerte en 1935 au prince Farouk, futur roi Farouk 1 d’Egypte, par les autorités suisses.

Offert à l’énigmatique et très original futur roi Farouk d’Egypte âgé de 15 ans, ce chef d’oeuvre horloger à l’étonnant programme est la montre de poche la plus compliquée jamais produite par Vacheron Constantin au XXe siècle. « La Farouk » est l’une des deux seules montres très compliquée Vacheron Constantin du XXe siècle dotée d’un réveil, l’autre étant la Boisrouvray, dont elle présente par ailleurs les mêmes caractéristiques. De 80 mm de diamètre, elle compte trois complications de plus que celle, tout aussi légendaire, que Vacheron Constantin a achevée en 1929 pour le père de Farouk, le roi Fouad 1er. Outre le réveil, la montre du roi Farouk comprend deux complications très inhabituelles pour le rouage et pour la sonnerie, des indicateurs de réserve de marche concentriques aux indicateurs du jour de la semaine et du mois. Autre caractéristique notoire du cadran et du mouvement : l’affichage de l’année bissextile n’est pas concentrique à celui des mois comme de coutume mais placé à l’intérieur du totalisateur 30 minutes. La date, les secondes et les phases de lune sont réunies sur un sous-cadran à 6 heures, alors que les sous-cadrans des jours de la semaine et du mois se situent à 9 et 3 heures. Comme celle du roi Fouad 1er, la montre à sonnerie du roi Farouk comprend deux barillets que l’on remonte par la couronne : un pour le rouage et un second pour l’énergie supplémentaire nécessaire au fonctionnement de la sonnerie. Elle sonne et répète les notes sur trois timbres frappés par trois marteaux au passage des quarts. En mode grande sonnerie, les heures et les minutes sont signalées de manière classique, par une simple note. En mode petite sonnerie, les heures ne retentissent qu’au passage des heures et les quarts retentissent à leur passage sans les heures. Le carillon et la répétition minute à trois marteaux requièrent une construction spéciale, les trois timbres produisent trois notes en cascade. Des sélecteurs de mode Sonnerie/Silence et Grande Sonnerie/Petite Sonnerie se situent sur le flanc du boîtier. Le roi Farouk, qui a hérité de son père le roi Fouad 1er l’amour de la belle horlogerie est devenu un grand collectionneur de montres, automates et objets précieux de tous genres. Immensément riche, Farouk avait un caractère haut en couleur et profitait pleinement de la vie. En 1935, alors qu’il avait 15 ans, il reçut cette montre exceptionnelle et sa première voiture de sport, avant d’intégrer la Royal Military Academy en Angleterre où il fut connu sous le nom de « Prince Freddy ». Le 6 mai 1935, à la mort de son père, il rentra en Egypte et fut proclamé officiellement roi en juillet 1937. Plus tard dans l’année, Farouk entreprit un tour de la Haute Egypte suivi par un tour d’Europe. C’est à ce moment-là qu’il visita Genève et insista pour découvrir la manufacture Vacheron Constantin. Charles Constantin, son guide, exprima sa surprise devant l’ampleur des connaissances horlogères du jeune roi de 17 ans. « Mais, Monsieur Constantin », répondit-il, « j’ai démonté tant de montres durant mon enfance... malheureusement pour elles ! ».

La version de votre navigateur est obsolète et ne permet pas de profiter de l'expérience

Pour afficher ce site, mettez à jour votre navigateur ou téléchargez en un autreMettre à jour maintenant

×